Créer un site internet

La Vente Des Differents Produits Aprés La Mort De L'artiste

 

 



 LA VENTE DES PRODUITS


  A la mort d’un artiste, comme le disait -ou le chantait- si bien Freddy Mercury, “The Show must go on”… Cet artiste se savait condamné à une mort prochaine, étant atteint par le virus du Sida.

Freddy Mercury lors d'un concert



  En réalité il ne s’agit pas simplement du spectacle qui doit continuer, mais aussi de toute une série d’opérations économiques d’envergure qui vont prolonger virtuellement le succès et la vie de l’artiste. En effet, à la mort de celui-ci de nombreux enjeux économiques et financiers se mettent en place et la vente des produits de l’artiste doit répondre à des critères très précis et définis selon des lois juridiques très claires, notamment en ce qui concerne les bénéficiaires de la vente posthume des objets et produits de l’artiste, des CD par exemple.

 

  Si nous nous référons au Roi du Pop, Mickael Jackson, ou à Freddy Mercury, le chanteur des Queens que nous citions précédemment, il est évident que la mort de ces artistes a boosté les ventes. En fait, le phénomène s’explique par une sorte de fétichisme qui se crée autour de l’artiste à sa mort. Depuis le décès de Freddy Mercury en 1991, de nombreux titres des chansons des Queens sont devenues des hymnes au stade, comme par exemple “The Show must go on”, “We will rock you” ou encore “We are the Champions”. De nombreux concerts sont organisés, en hommage à ces artistes et souvent les fonds récupérés de la vente de billets font l’objet d’oeuvres caritatives afin de créer un fonds fiancier pour soutenir de nombreuses causes comme la lutte contre le Sida dans le cas présent de Freddy Mercury. Un concert dévolu à cette cause a permis un gain non négligeable qui s’est élevé 20 millions de Livres Sterling. De plus un nombre impressionnant de disques et d’albums best of ont été édités, comme les Best Hits I, Best Hits II, et Best Hits III. Il s’agit ici de la compilation la plus vendue de tous les temps en Grande Bretagne, plus de 45 millions d’albums.

 

  L’exploitation ne s’arrête pas seulement à la vente de produits purement musicaux, mais aussi d’objets comme des tee-shirts, des posters, des mugs et d’autres objets à l’effigie de l’artiste. Ce phénomène se développe beaucoup et représente une vraie richesse financière. Les Queens ont aussi vendu 32 millions d’albums aux Etats Unis, et ils ont multiplié les disques d’or et de platine même après la mort de leur chanteur, idôle de tous, auprès de maisons de disques comme Elektra ou Hollywood. Outre Freddy Mercury, nous pouvons citer, entre autres, Elvis Presley dit “The King”,

Elvis Presley



  Le “Roi de la Pop” Mickael Jackson , et le “Roi du Reggae” Bob Marley. Malgré leur mort, le business lié à ces artistes vit encore, même si certains d’entre eux sont morts il y a plusieurs décennies déjà. Cependant leur succès est toujours d’actualité.

  Le business et l’exploitation de ces chanteurs vit encore, prospère et fait vivre les familles de ces artistes. Bob marley en particulier, dépasse les deux autres mythes cités en matière de facturé et d’argent gagné à titre posthume. La Marley Estate, société qui gère auourd’hui les droits liés aux productions du défunt guitariste, a parié que les ventes d’articles (musique et objets) générés par la marque Bob dans le monde dépassera le milliard de dollars d’ici 2012.

Bob Marley et sa célèbre guitare



  Ce chiffre peut paraître démentiel et totalement disproportionné si l’on considère le temps qui s’est écoulé déjà depuis sa mort, mais si l’on prend en considération le fait que les données établies chiffrent à 600 millions de dollars le matériel piraté, il semble tout à fait réaliste. L’idée va au-delà de la vente d’albums ou de tee-shirts “no woman no cry”. En effet, il s’agit d’élargir la marque également à des produits musicaux d’électronique de consommation et à des produits homéopathiques.

  Sans parler du lancement d’une boisson ultrarelaxante, un jeu vidéo et une chaîne de restaurants pour célébrer la gloire du chanteur reggae. Reste à voir à qui profiteront tous les gains, car le chanteur Jamaïcain ayant treize héritiers (ses enfants), il ne sera pas facile de tout répartir de manière équivalente. Quant à Elvis Presley, il n’arrive qu’à 55 millions de dollars , alors que John Lennon n’atteint que 15 millions et Jimmy Hendrix n’arrive qu’à 8 millions. Mickael Jackson, en revanche, dépasse les records avec déjà 90 millions de dollars de gain ces douze derniers mois, alors qu’il n’est mort “que” depuis 18 mois.

Mickael Jackson, le “Roi du Pop”



  En ce qui concerne les Rolling Stones et plus précisément Johnny Cash, en cinquante ans de carrière il a produit et recueilli une énorme quantité d’objets, de chansons, de costumes de scène, guitares et bien d’autres choses encore. Une partie des objets mémorablement liés à l’auteur-compositeur a été mise aux enchères par la maison de Vente aux enchères Julien’s Actions début décembre 2010, et cette vente a atteint la somme importante complexive de 700 000 dollars. Parmi les objets mis en vente et achetés aux enchères se trouve la légendaire guitare acoustique Martin D-28, avec laquelle Johnny Cash a signé et composé les quatre premiers vers de la chanson “I Walk the Line”. Cette guitare a été achetée par un collectionneur resté anonyme pour 50 000 dollars.

La célèbre guitare Martin D-28 de Johnny Cash, vendue au enchères



  Une bonne partie des sommes récupérées lors de cette vente aux enchères sera dévolue, selon tourdates.co.uk , à Musicares, une oeuvre caritative qui recueille des fonds pour les musiciens en difficulté. Ce n’est pas non plus la première fois que des objets ayant appartenu à Johnny Cash sont mis aux enchères, des objets de tous les styles pour payer les taxes accumulées par la société de Cash et par sa femme, June Carter Cash.

 

L'une des célèbres guitares de Jimmy Hendrix



  De même pour Jimmy Hendrix. Malgré les très nombreuses heures passées en studio d’enregistrement afin de faire des versions alternatives de chansons connues jusqu’à aujourd’hui inédites en quantité industrielle (habilement disséminées au fil des années sur des diques et des albums), il avait les meilleurs coups de génie quand il était éloigné de l’ampli, loin des studios d’enregistrement, chez lui, dans une chambre d’hôtel ou en voyage avec seulement une guitare acoustique sous le bras.

  Ceux qui étaient proches de Jimi Hendrix se rappellent qu’il avait l’habitude d’emmener toujours avec lui une veille guitare Epiphone FT79, achetée lors de son premier tour aux Etats Unis pour la modique somme de 25 dollars. Sa fiancée Kathy Etchingham se rappelle combien le guitariste était attaché à cet instrument, à tel point qu’il voulait toujours l’avoir à portée de main pour jouer tous les morceaux qui lui passaient par la tête à n’importe quel moment de la journée ou jouer un morceau qu’il créait comme ça sur le moment afin de le mettre en musique à la guitare.

  La guitare fut utilisée activement par Hendrix jusqu’aux derniers moments de sa vie jusqu’à ce qu’il la donne à l’un de ses amis juste avant de s’éteindre. Les talents acoustiques du légendaire guitariste, de même que ses talents à la guitare électrique, la fameuse FT79, restent immortalisés dans de rares vidéos clips d’époque. Maintenant la guitare vient d’être vendue aux enchères auprès du Salon de Ventes Bonhams Entertainment Memorabilia le 15 décembre 2010, pour pas moins de 90 000 euros.

 



  Ce qui est aussi certain que terrible c’est que la meilleure publicité pour les artistes, c’est probablement leur propre mort….

.


2 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site